UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

De Gaulle Fleurance & Associés accompagne COFRAD Mannequins

Deals
Outils
TAILLE DU TEXTE

De Gaulle Fleurance & Associés a accompagné COFRAD Mannequins pour la restructuration de ses activités.

degaullefleurance2015COFRAD, société fabricant des mannequins de vitrine, a été acquise par le groupe Bustes et Mannequins de France, un des leaders mondiaux dans ce domaine, rassemblant plusieurs marques emblématiques (Stockman, Manex…) au cours du premier semestre 2017. Peu de temps après cette acquisition, COFRAD a été confrontée à d’importantes difficultés liées à une baisse significative de son chiffre d’affaires qui n’était pas en ligne avec les prévisions établies par le précédent management, et a sollicité le bénéfice d’une procédure de sauvegarde ouverte par le tribunal de commerce de Paris en novembre 2017.

Afin d’endiguer rapidement cette situation de pertes, De Gaulle Fleurance & Associés a aidé le nouveau management de la société à concevoir et mettre en œuvre toute une série d’actions et de mesures de restructuration au niveau social et opérationnel (plan social, déménagement du siège et de l’entrepôt, mutualisation de moyens au niveau du groupe, restructuration de dette…), en étroite collaboration avec l’administrateur judiciaire Me Florent Hunsinger, le mandataire judiciaire Me Julia Ruth (MJA) ainsi qu’avec le concours du cabinet d’expertise financière Exelmans (Grégoire Thiebaut).

Julien de Michele, Associé en charge du pilotage du dossier, explique : « En exploitant au mieux toute la durée de la période d’observation, nous avons pu aider le management à mettre en œuvre d’importantes mesures restructuration - tant sociales qu’opérationnelles - et réadapter ainsi la structure de coûts de l’entreprise à son niveau de chiffre d’affaires, qui avait significativement décru. Cette profonde restructuration s’est rapidement traduite par un retour à la rentabilité grâce auquel l’entreprise a désormais les capacités financières de faire face à ses engagements vis-à-vis de ses créanciers pour les années à venir tout en disposant malgré tout des moyens d’investir pour achever la politique de redéploiement commercial initiée durant la période d’observation afin d’assurer la croissance de son chiffre d’affaires ».

Le plan de sauvegarde ainsi établi a été validé par le Tribunal de Commerce de Paris aux termes d’un jugement rendu le 16 avril 2019.