UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Le barreau de Paris soutient les avocats iraniens injustement emprisonnés

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Shirin Ebadi, avocate iranienne et prix Nobel de la paix en 2003, était reçue le 11 avril par le barreau de Paris pour une conférence exceptionnelle sur la situation des avocats iraniens.

En présence de plus de 400 avocats du barreau de Paris, de hautes personnalités, de parlementaires, d’élus de la mairie de Paris et d’ONG engagés dans la défense des droits de l’Homme, Shirin Ebadi a rappelé avec force la situation difficile des avocats iraniens, dont beaucoup sont aujourd’hui détenus pour avoir exercé leur métier, et avoir notamment défendu les libertés et droits fondamentaux des femmes iraniennes.

Le bâtonnier de Paris Marie-Aimée Peyron a exprimé toute la solidarité du barreau de Paris pour ces derniers en déclarant : « Le Barreau de Paris est soucieux de prêter son regard à celles et ceux dont les yeux n’osent plus s’ouvrir ». Marie-Aimée Peyron a également affirmé qu’« il convient de lutter ensemble contre la fin totale de l’indépendance judiciaire en Iran. » Elle a conclu son discours en égrenant le nom des avocats iraniens aujourd’hui incarcérés, et en rappelant que le barreau de Paris a placé l’une d’entre eux, Nasrin Sotoudeh, sous sa protection et l’a élu membre d’honneur.

Le vice-bâtonnier de Paris Basile Ader a ensuite lu le courrier que Nasrin Sotoudeh avait adressé la veille, par l’intermédiaire de son mari, au conseil de l’ordre du Barreau de Paris et aux barreaux de France. Nasrin Sotoudeh, avocate iranienne, a été condamnée le mois dernier à 38 ans d’emprisonnement et 148 coups de fouet pour avoir défendu des femmes ayant refusé de porter le voile.

Dans son courrier, Nasrin Sotoudeh dit sa joie d’être soutenue par ses confrères français. Elle dénonce les procédures et les peines injustes qui ont été prononcées contre elle et ses confrères iraniens par la justice de son pays. Elle rappelle son combat pour la défense des droits des femmes partout dans le monde et remercie le Barreau de Paris de son soutien en la matière.

L’ensemble des avocats et personnalités présents ont ensuite été invités à signer le portait de Nasrin Sotoudeh, qui a été déployé à la Maison du barreau en marque de solidarité. Un lâcher de ballons a conclu la conférence.

Sur la suggestion de Shirin Ebadi, le barreau de Paris, par la voix de Marie-Aimée Peyron, s’est aussi engagé à transmettre un courrier officiel au barreau de Téhéran l’enjoignant à prendre la défense de l’ensemble des avocats iraniens injustement emprisonnés. Le courrier sera soumis à la signature de tous les barreaux de France et d’Europe dans les prochains jours.