Cautionnement : la preuve du retour à meilleure fortune

Sûretés
Outils
TAILLE DU TEXTE

Pour exclure toute disproportion de l'engagement, le juge doit se déterminer par des motifs propres à établir que le patrimoine de la caution, au moment ou elle était appelée, lui permettait de faire face à son obligation.

Une banque a consenti à une société civile immobilière (SCI) un prêt immobilier de 111.000 € remboursable en trois cents mensualités. Un associé de la SCI s'est porté caution solidaire de celle-ci à hauteur de 133.200 €. Placée en redressement judiciaire, la SCI a cessé le paiement des échéances. La banque ayant fait procéder à une saisie-attribution des comptes bancaires de la caution, celle-ci l'a assignée devant le juge de l'exécution aux fins de mainlevée, lui opposant à titre principal la prescription de la créance, et, à titre subsidiaire, la disproportion de son (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.