UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Le concept de la patrimonialisation de la donnée au cœur de la conférence annuelle pour l'AFDIT

On en parle
Outils
TAILLE DU TEXTE

Organisée chaque année dans le Sud-Est pour l'AFDIT, en alternance entre Aix-en-Provence et Marseille, par André Meillassoux, Valérie-Laure Benabou et Nicolas Courtier, la conférence annuelle se tiendra cette année dans la salle de conférence de l'Ordre des Avocats de Marseille.

Avec l’intervention d’universitaires, de professionnels du barreau, du monde des startups, des grandes entreprises et des professions notariales, bancaires, d’assurances et d’expertises comptables, la conférence traitera, le matin, du  « concept de la patrimonialisation de la donnée » et l’après-midi de « la mise en œuvre de la patrimonialisation des données ».

Chaque édition, l'ambition de la conférence pour l'AFDIT est, sur un sujet différent, de se placer là où se trouve la confrontation entre le numérique et le juridique.

Cet événement a trouvé son public les années précédentes, composé en moyenne de cent vingt à cent soixante personnes dont une cinquantaine d’étudiants. Pour le reste, des professionnels aussi bien des professions juridiques que du monde de l’entreprise participent à la réunion.
A l'occasion du dîner d’accueil, le jeudi soir, certains partenaires font venir des collaborateurs ou des clients pour leur permettre de rencontrer les intervenants et les autres partenaires. 

Cette année, l'édition s’inscrit dans le cadre de l’interprofessionnalité puisque les avocats, les notaires, les experts-comptables participent à son organisation.

Toutes les interventions sont filmées et feront ensuite l’objet d’une diffusion par clip pour diffuser cette « création de doctrine » de la façon la plus large.

L’idée est, progressivement, d'instaurer cette journée dans les agendas comme une rencontre annuelle de tous ceux qui sont concernés par la confrontation du droit et du numérique, tant pour les juristes que pour les professionnels.