Les entreprises envisagent 2020 avec confiance et sérénité

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

Les voyants sont au vert pour 2020 ! En octobre 2019, Robert Half a commandé une enquête auprès de 5 165 personnes dans 13 pays, dont 600 en France. La majorité des cadres supérieurs interrogés entrevoit des perspectives de croissance positives pour les six prochains mois. Au nombre des priorités stratégiques pour cette nouvelle année figurent : la sécurité de l’information, le recours aux nouvelles technologies alignées sur la gestion des talents, l’automatisation et le big data. La capacité à recruter des talents qualifiés et la lutte contre la pénurie de compétences restent des priorités pour les employeurs du monde entier.

Sentiment de confiance pour 2020

Sondés sur les perspectives de croissance de leur entreprise les directeurs généraux, financiers et directeurs des systèmes d’information, issus d’entreprises publiques, privées et cotées en bourse, se sont montrés « très confiants » dans les régions EMEA (53 %), Asie-Pacifique (57 %) et en Amérique du Sud (70 %). Si le rythme d’avancement de la digitalisation, les changements législatifs et réglementaires ainsi que les considérations géopolitiques sur certains marchés, restent des sujets prioritaires pour de nombreux dirigeants, la tendance est globalement à l’optimisme en ce début 2020.

Les cinq principaux facteurs qui influent sur la confiance des entreprises à l’horizon 2020 dans les treize pays étudiés par Robert Half sont :

  • Le climat économique actuel (54 %)
  • L’élargissement des perspectives commerciales (51 %)
  • La capacité à recruter des talents qualifiés (50 %)
  • Le rythme d’avancement de la digitalisation (43 %)
  • Les changements législatifs et/ou réglementaires (38 %)

Les priorités stratégiques des entreprises pour le premier semestre 2020

L’étude Robert Half met en évidence une double focalisation sur la sécurité de l’information et les nouvelles technologies, alignées avec la gestion des talents, l’automatisation et le Big Data. Ceci afin d’accroitre rentabilité et productivité en 2020.

Ainsi, parmi les domaines prioritaires pour les personnes interrogées figurent :

  • La sécurité informatique et la protection des données de l’entreprise
  • Les projets de transformation digitale /opérationnelle
  • La gestion des coûts (dans un but notamment d’accroissement de la productivité et de la rentabilité)
  • La gestion de talents (acquisition et fidélisation)
  • L’innovation et les investissements dans les nouvelles technologies

Augmentation des recrutements de profils qualifiés en 2020

50% des dirigeants sondés par Robert Half considèrent la capacité à attirer des profils qualifiés comme primordiale car la pénurie de compétences dans les secteurs des technologies de l’information, de la finance, de la comptabilité, de l’administration et des services financiers reste importante. Elle est alimentée par toute une série de facteurs, dont le manque de formation interne, l’existence de possibilités d’apprentissage externe et/ou de programmes de formation à des compétences spécifiques, comme le soulignent fréquemment les dirigeants.

Les profils les plus convoités en 2020

Spécialistes en technologies de l’information
Le besoin en spécialistes des technologies de l’information expérimentés reste pressant à l’international. Les responsables de l’information interrogés par Robert Half font effectivement part d’un large besoin, de spécialistes du Cloud (86 %), de l’intelligence artificielle /du reporting (79 %), du développement d’applications mobiles (77 %) et de la virtualisation (75 %).

Spécialistes et experts de la finance et de la comptabilité
La comptabilité (16 %), la gestion financière (15 %), la fiscalité (15 %) et la gestion de crédit (13 %) sont les domaines dans lesquels les directeurs financiers ont actuellement le plus de difficultés à trouver des candidats qualifiés dans un contexte de digitalisation, d’automatisation et de transformation digitale d’un nombre croissant de services financiers.

Spécialistes des services financiers
La finance (36 %), la comptabilité (21 %), le risque (19 %) et la conformité (17 %) sont les spécialités les plus recherchées par les directeurs des services financiers dans un contexte de concurrence croissante dans le recrutement de candidats qualifiés avec une expérience internationale, et notamment de candidats qui possèdent une expertise dans le domaine des Fintech, de la gestion d’actifs et du marché de la dette.

Assistants administratifs
Les compétences en matière de service à la clientèle (17 %), assistance financière (14 %), postes d’assistant de direction (13 %) et d’assistant managérial (13 %) sont également très recherchées par des directeurs généraux désireux de pourvoir des postes clés dans le domaine du service à la clientèle et des fonctions de support à l’entreprise.

« L’agilité commerciale, la transformation digitale et la planification demeurent les facteurs essentiels de poursuite de la croissance des entreprises en 2020 », analyse Olivier GELIS, District Director de Robert Half France. « Les perspectives de développement de la plupart de nos clients reposent aujourd’hui sur l’intégration du facteur ‘digital’ à tous les niveaux de l’organisation. C’est pourquoi la capacité à attirer et retenir les profils les plus qualifiés dans ce domaine est essentielle. Chez Robert Half, nous cherchons toujours à cerner les tendances, à moyen et long terme sur le marché du travail et du recrutement afin de permettre à nos clients et nos candidats de pérenniser l’avenir de leur activité et de leur carrière »

Méthodologie de l’étude

En octobre 2019, Robert Half a demandé la réalisation d’une enquête impliquant la collecte de données en ligne auprès de 5 165 personnes à travers le monde. Cette étude a porté sur 501 personnes en Australie, 200 en Nouvelle-Zélande, 228 à Singapour, 227 à Hong Kong, 602 en Belgique, 603 en France, 601 en Allemagne, 300 en Suisse, 403 aux Pays-Bas, 600 au Royaume-Uni, 275 aux Émirats arabes unis, 400 au Brésil et 425 au Chili.
Des directeurs généraux, directeurs financiers et directeurs des systèmes d’information ayant des responsabilités en termes de recrutement au sein de petites (50 à 249 salariés), moyennes (250 à 499 salariés) et grandes entreprises (plus de 500 salariés) publiques, privées et cotés en Bourse comptaient au nombre des personnes interrogées.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.